Portrait du mois #2: Élodie, de fonctionnaire à cheffe d’entreprise épanouie

Portrait du mois #2: Élodie, de fonctionnaire à cheffe d’entreprise épanouie

Chaque mois sur le blog, j’ai choisi de mettre en avant le portrait d’une cheffe d’entreprise inspirante. Cheffe d’entreprise, une expression qu’Élodie a encore du mal à employer. En effet, ce statut est (encore) trop souvent associé à une image erronée. Celle d’une femme en tailleur à la tête d’une importante compagnie. C’est une possibilité mais pas que.

La cheffe d’entreprise comme je la vois, est une femme qui ose réaliser ses rêves et ses envies. Une personne qui se lance dans un projet professionnel qui lui ressemble et dans lequel elle s’éclate et s’épanouit.

C’est bien le cas d’Élodie, fondatrice d’Un peu beaucoup. Il y a 3 ans, elle décide de se lancer dans la mode, un domaine qui l’a fait vibrer davantage. Fonctionnaire, elle bénéficie d’un cumul d’activités avant d’être complétement indépendante depuis septembre 2020. Entre la raison et le coeur, Élodie a fait son choix.

Bonjour Élodie, pourrais-tu te présenter en quelques mots? Quel est ton parcours?

Je m’appelle Élodie et j’ai 38 ans. Je suis maman de deux enfants et belle-maman des deux enfants de mon mari. Je suis l’heureuse propriétaire de la boutique Un peu beaucoup.

À la base, je suis assistante sociale de formation. J’ai travaillé environ 16 ans dans la protection de l’enfance ici dans le Pas-de-Calais. Ces années ont été très riches et intenses, à la fois psychologiquement et émotionnellement. Il est donc arrivé un moment où je me suis dit “faire ça jusqu’à 62 ans ça ne va pas être possible”.

Devenir assistante sociale était une vocation au départ?

Pas dans l’immédiat. En terminale, quand s’est posée la question de l’orientation, je ne savais pas trop. C’est une rencontre qui m’a fait découvrir ce métier. Etant très sociable, l’idée d’exercer une profession dans laquelle je serais amenée à aider les gens, m’a séduite.

J’étais très contente. Mes études m’ont plu et j’ai tout de suite trouvé du travail. J’ai fait toutes mes années dans un service de protection de l’enfance dans lequel j’ai pu m’épanouir. Je ressentais ce côté positif d’aider les gens. Ce qui m’a fait grandir.

Néanmoins, au fil des années, l’aspect négatif est rapidement ressorti. En effet, je ne gérais que les problèmes des gens. Et à force, je me suis essoufflée. J’ai donc commencé à chercher ce que je pourrais faire d’autre.

Au début, je souhaitais rester dans le même domaine mais en évoluant dans ma profession. Je me suis alors renseignée par rapport à la VAE (validation des acquis de l’expérience) pour devenir psychologue. Malheureusement, je me suis vite aperçue de la complexité de la chose. Je me suis également rendue compte que gérer une reprise d’études et ma vie de famille avec des enfants en bas âge, n’était pas ce dont j’avais envie.

C’est à ce stade que tu as pensé à changer de voie?

Je dirais que oui. J’ai mis cette idée de côté et elle a fini par germer. J’ai pris conscience que je voulais faire complètement autre chose. La suite est arrivée un peu par hasard.

(Personnellement je pense que rien n’arrive par hasard et que tout dépend des rencontres que l’on fait. Ça a d’ailleurs était le cas pour Élodie 😉).

Un soir, une amie m’invite à une soirée shopping chez elle. Le concept est simple. Des personnes viennent à domicile pour présenter leur collection de prêt-à-porter. J’ai trouvé cette soirée super sympa. J’étais même admirative des deux présentatrices et de l’épanouissement qu’elles dégageaient. C’est après ce moment passé ensemble que j’ai pensé “c’est quelque chose qui pourrait me plaire“. Et au bout de quelques mois, je me suis lancée à mon tour.

Pourquoi choisir l’entrepreneuriat?

A la base je ne me voyais pas créer une entreprise. Cela représentait un trop grand écart par rapport à ma vie professionnelle du moment. Je ne m’imaginais pas devenir mon propre patron. En réalité, je n’y avais même jamais pensé. En fait, je voyais plus cette nouvelle activité comme une bouffée d’oxygène. Un loisir que je pouvais pratiquer en parallèle de mon travail.

De plus, quand on est fonctionnaire, il faut savoir que c’est un peu compliqué administrativement parlant. On ne peut pas faire ce que l’on veut. Le cumul d’activités est autorisé uniquement sous certaines conditions. Devenir auto-entrepreneure s’est révélé être finalement la solution la plus adéquate à la situation.

La décision du statut prise, il faut constituer un dossier dans lequel on justifie qu’il n’y aura pas d’impact sur notre travail actuel et pas de concurrence. Il est ensuite présenté à un comité d’éthique qui valide ou non le projet. La démarche peut prendre un certain temps. J’ai pour ma part attendu 9 mois pour avoir une réponse. Qui heureusement était positive! J’ai reçu une autorisation de 3 ans de cumul d’activités avec des conditions à respecter. Avec le recul, malgré une procédure fastidieuse, je suis heureuse d’avoir bénéficié de cette sécuritaire salariale sans laquelle je ne me serais probablement pas lancée.

Quand as-tu ouvert la boutique?

Nous avons ouvert la boutique en juin 2019. Mais j’ai d’abord commencé par organiser mes premières soirées shopping à domicile en septembre 2017. Dans un premier temps avec les copines et la famille, puis avec des personnes que je ne connaissais pas. Je me suis alors constituée un cercle de clientes fidèles, avec environ deux réunions par week-end.

En fait le sujet boutique est venue d’elles. C’est ma clientèle qui m’a exprimé son envie d’avoir un lieu où elle pourrait voir les collections en dehors des réunions. Encore une fois, il m’a fallu du temps pour imaginer la chose et faire mûrir l’idée. Finalement avec le confort du cumul d’activités, mon mari et moi avons conclu qu’on avait rien à perdre et qu’il fallait tenter l’expérience.

Quel est le concept d’Un peu beaucoup?

Coin de la boutique avec une partie de la collection d'Elodie

Je propose des articles de prêt-à-porter féminin tendances, avec des tailles allant du 34 au 44. Depuis peu et à la demande de plusieurs clientes, je propose une petite collection de grandes tailles allant du 42 au 52. Il s’agit d’une petite sélection mais qui offre néanmoins du choix. Depuis le printemps, je propose également une collection fille. Il s’agissait au début d’une collection éphémère. Mais au vu de son succès, j’ai décidé de continuer de façon permanente. C’est un concept qui plaît.

L’idée de la boutique était vraiment d’avoir un shopping de proximité avec une approche différente, dans une atmosphère plus intime. On souhaitait être isolés tout en restant proche de la zone commerciale de Noyelles-Godault*. Je veux offrir une vraie expérience où les femmes prennent leur temps et où elles ne se sentent pas bousculées. Avant la situation du virus, je proposais même le thé et le café à mes clientes pour créer un vrai moment convivial comme j’avais dans mes réunions à domicile.

[Pour info : *ce site fait partie des pôles commerciaux régionaux majeurs du Nord de la France. Il est composé d’un hypermarché Auchan de 21 850 m², d’une galerie de 78 boutiques et d’un parc d’activité de 119 boutiques. Idéalement localisé, il attire environ 15 millions de visiteurs par an.]

Comment choisis-tu tes produits ?

Présentation d'accessoires, pochettes, bijoux, masques et maroquinerie.

Je travaille avec plusieurs marques dont certaines depuis le début. Donc je les connais bien. Je vais régulièrement sur Paris pour faire la sélection des pièces qui me plaisent. J’ai à coeur de proposer des articles de qualité à des prix accessibles.

J’aime également travailler avec des partenaires locaux pour proposer des collaborations éphémères comme la collection d’accessoires pour cheveux d’Enais. Elle aussi jeune entrepreneure. 😊
Par ailleurs c’est un de mes futurs projets. Aménager le local attenant à la boutique pour le louer à des créateurs et leur permettre de vendre leurs créations de façon temporaire. Comme un pop-up store.

Quel type de clientèle vises-tu?

Ma clientèle se situe plutôt dans la tranche d’âge des 20-50 ans en majorité. Mais il arrive parfois que des ados et des dames plus âgées franchissent le seuil du showroom et achètent. D’ailleurs ma petite fierté est d’avoir vendu à une mamie de 80 ans un sweat-shirt l’amour is french. Elle souhaitait avoir le même que sa petite fille. J’ai trouvé ça génial!

J’attire beaucoup de clientes qui viennent d’abord par curiosité et qui reviennent séduites par le concept et les produits que je vends. Même si ce n’était pas leur style de base, elles évoluent vers une garde-robe vers plus moderne.  Finalement je dirais que ma clientèle est assez diversifiée et plutôt locale. 😄

Quel bilan tires-tu de ces 3 ans à ton compte? Comment vis-tu ta nouvelle vie de cheffe d’entreprise?

J’ai gagné en confiance et en assurance même si le stress est quand même bien présent (elle rit). Je me sens plus riche de rencontres et d’échanges plus positifs. Je me sens plus épanouie. En fait, je me sens comme libérée d’un poids. Libérée de cette profession que je n’avais plus envie de faire. C’est incroyable, j’ai l’impression d’avoir perdu 20kgs! Et à refaire je le referais, sans hésiter.

As-tu découvert de nouvelles choses?

Oui et je m’intéresse à beaucoup de choses qui ne faisaient pas partie de mon domaine à la base. Comme par exemple la comptabilité. Je ne dirais pas que suis passionnée par le sujet mais je m’y intéresse car c’est important.

Je gère également les réseaux sociaux. Je découvre et développe de nouvelles compétences. Je suis totalement autodidacte et fière de l’être. Parfois il arrive que je me sente un peu illégitime quand je me retrouve face à des personnes d’expérience. Comme par exemple face aux professionnels du commerce. Mais j’apprends tous les jours. 😃

Article à lire pour découvrir une méthode et te sentir plus légitime. 💪
https://commeuneboss.com/methode-du-swot-personnel-efficace-pour-se-sentir-legitime-et-entreprendre-sans-complexe/

Comment ton entourage a réagi quant à ton changement de vie professionnelle?

Mon mari m’a soutenue dès le départ. Il m’a tout de suite dit “vas-y fonce”. C’est grâce à lui que je suis arrivée là où j’en suis aujourd’hui. D’ailleurs, même si je suis officiellement la créatrice d’Un peu beaucoup, mon mari fait également partie de l’aventure et s’investit énormément. On forme une très bonne équipe.

Mes copines aussi ont été très réceptives et enthousiastes. Elles me retrouvaient complètement dans cette activité. Elles m’ont beaucoup soutenue. Dans l’ensemble tout le monde était content, malgré les craintes de maman.

Par contre c’était plus mitigé pour mes enfants. Notamment avec mon petit dernier qui se plaignait de ne pas me voir assez. Au début ça a été difficile pour eux comme pour moi. Heureusement depuis que je suis à temps plein dans la boutique, je peux leur consacrer plus de temps. J’ai adapté mes horaires pour profiter davantage de ma vie de famille.

C’était important pour toi?

Complètement. J’avais déjà du temps en tant qu’assistante sociale mais je n’étais pas épanouie. Finalement ce n’était pas du temps de qualité car ça me travaillait psychologiquement. J’étais disponible physiquement sans l’être à 100% dans ma tête.

Aujourd’hui c’est vraiment différent. J’arrive à être présente à 100%. Je sais faire la part des choses entre le temps que je consacre à la boutique et celui que je passe avec ma famille. Je suis plus libre.

Que dirais-tu aux femmes qui ont la même envie de se reconvertir dans un métier plus épanouissant mais qui n’osent pas?

Que les choses ne sont pas figées. On a des compétences de départ, qui évoluent. Le tout c’est d’avoir le petit déclic de se lancer. De se dire “maintenant j’y vais”. Et après, tout s’enchaîne sans qu’on s’en rende compte. Le plus important est d’avoir les bonnes motivations et de s’entourer des bonnes personnes.

Si moi j’ai réussi à le faire, c’est que tout le monde est capable de le faire aussi!

Elodie, jeune cheffe d'entreprise épanouie dans sa boutique

Retrouve Élodie et sa jolie boutique à l’adresse ci-dessous :
45 bd Charles fontaine à Hénin beaumont (dans ma belle région du Pas-de-Calais)

Mais également en ligne et sur Instagram :
https://www.unpeubeaucoup-shop.fr/
@un_peu_beaucoup_

Et le meilleur pour la fin : Élodie privatise* aussi sa boutique pour des moments conviviaux entre femmes. Anniversaires, evjfs, soirées entre copines, elle vous accueillera avec douceur et bonne humeur.

* Suspendu au vu de la situation sanitaire actuelle.

Merci Élodie pour ton accueil chaleureux et ta gentillesse. J’ai hâte de revenir dans ta boutique pour une séance shopping et papoter autour d’un café! 🏬☕❤️

Si l'article t'a plu, tu es libre de le partager! :-)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

9 thoughts on “Portrait du mois #2: Élodie, de fonctionnaire à cheffe d’entreprise épanouie

  1. Super témoignage de ce que l’entreprendrait apporte à ceux qui franchissent le pas. Malgré les difficultés et l’insécurité, on se sent des ailes pousser et un sentiment de liberté indescriptible qui n’a pas de prix.

    1. Bonjour Eric, merci beaucoup. J’aime beaucoup partager ces rencontres et le parcours inspirant de ces personnes qui ont osé. L’entrepeneuriat n’est pas un long fleuve tranquille tous les jours mais il représente une si belle aventure! Et effectivement cela n’a pas de prix! 😀

  2. Merci beaucoup pour ton article! C’est un thème qui me parle beaucoup compte tenu que je suis en train de me reconvertir pour devenir entrepreneure! Et ça fait du bien de pouvoir lire l’expérience d’autres femmes, leur parcours, comment elles l’ont vécu, comment elles ressortent de cette expérience… Bref, le partage d’expérience est toujours enrichissant. Encore merci

    1. Merci beaucoup Delphine. Bravo à toi d’avoir franchi le pas! 😀 Je suis ravie que cet article raisonne en toi. J’ai tellement à coeur d’aider les femmes à surmonter leurs blocages pour qu’elle puisse enfin s’épanouir dans un boulot qui leur plaît et qui leur correspond. Et c’est vrai que le partage d’expériences est très important. En tout cas, à l’époque, ça m’a beaucoup boostée et rassurée. On se sent portée par la réussite des autres.
      Quoiquq’il en soit, je serais ravie d’échanger avec toi sur ton projet. 🙂

  3. Super portrait,
    ça motive effectivement. C’est toujours intéressant d’avoir des retours d’expériences de personnes qui ne démarre pas forcément avec un gros pécule et qui plus est, ont une stabilité financière, grâce à un job que souvent certains qualifient d’aubaines, et qui au final font le gros saut ! Si un jour je passe par hénin beaumont, je ferai un petit saut par la boutique 😀

    1. Hello Marie, merci pour ton commentaire. Finalement, on peut avoir une bonne situation, si on n’est pas heureux cela ne sert à rien. Enfin c’est mon avis :-).
      En tout cas, je te conseille vivement d’aller faire un coucou à Elodie. La boutique est top et l’accueil très chaleureux.

  4. Essentiel mais difficile à trouver : l’équilibre entre vie pro et perso.
    Bravo Elodie pour cette belle victoire.
    Nous souhaitons longue vie à ta boutique.

    1. Merci Delphine pour ton commentaire. Je pense qu’effectivement il faut du temps pour prendre ses marques et trouver le bon équilibre. C’est tout ce que je te souhaite en tout cas :-).

Laisser un commentaire

Tu es libre de recevoir le guide "Trouve ton Ikigaï" en complément. Une méthode pour t'aider à trouver ta voie professionnelle et créer une entreprise à ton image.

%d blogueurs aiment cette page :