Comment (enfin) arrêter de procrastiner ? 3 étapes pour passer à l’action!

Comment (enfin) arrêter de procrastiner ? 3 étapes pour passer à l’action!

Hello ladyboss!

Premier article, première révélation..! 😉
Je dois te dire que la création de ce blog a remis en lumière un gros défaut que j’ai… Ma fâcheuse tendance à procrastiner!
Tu sais, ce vieux chewing-gum sous ta chaussure dont tu as du mal à te débarrasser!
À chaque nouveau projet, tâche ou chose à faire, madame procrastination pointe le bout de son nez. J’ai beau lui résister, elle finit toujours par avoir le dessus.
Mais aujourd’hui (et pas demain) ;-p, j’ai décidé de prendre les choses en main une bonne fois pour toute.
Aujourd’hui, je me lance le défi d’arrêter de procrastiner!

Mission anti-procrastination en 3 étapes

Pour arrêter de remettre les choses au lendemain, il faut arrêter de se trouver des excuses. Et pour arrêter les excuses, il faut passer à l’action! Cependant passer à l’action demande des efforts. Alors comment s’y prendre?

Voici 3 étapes pour se bouger… Et y arriver!

Étape 1 : préparer le terrain

On procrastine, c’est un fait établi. Une mauvaise habitude. Mais la question est pourquoi?
En effet, il est important de comprendre ce processus, sans se juger. Procrastiner est un comportement courant et normal. Cependant, cibler la cause et les raisons nous permettra de pouvoir y remédier.

Fruit du hasard ou parce que mon état d’esprit était déjà en mode “stop à la procrastination”, je suis tombée sur le petit livre de la procrastination positive de Monique Richter. Fan de ce genre de petits bouquins, je l’ai évidemment acheté. 😀
Elle conseille de commencer en observant nos manières de procrastiner et d’en faire l’inventaire. Puis de l’afficher dans notre lieu de travail ou de vie par exemple.
NB : On a dit plus d’excuses. 😉

-> Mise en pratique n°1 :

Je me pose tranquillement et je prends le temps d’évaluer ma façon de procrastiner.

  • Qu’est-ce qui me distrait?
  • Comment je procrastine?
  • Que fais-je en situation de procrastination?
  • Quelles sont les tâches que je reporte systématiquement à plus tard?

Ensuite elle encourage à écrire sur papier les raisons pour lesquelles on souhaiterait arrêter de procrastiner. Il est bien de noter des raisons à court terme mais aussi à plus long terme.

-> Mise en pratique n°2 :

Je prends ma plus belle plume et je liste toutes ces raisons qui me poussent à reporter tout (ou presque) au lendemain.
Petit conseil : je me laisse aller et ne me mets pas de barrières :-). De quoi ai-je vraiment envie?

Une fois la liste terminée, accroche-la également. Elle te servira de moteur et de rappel dans les moments où tu as envie de céder.

Voici un aperçu des miennes :

  • Ne plus avoir de difficultés à dormir parce que mon cerveau fait des siennes.
  • Ne plus me sentir coupable de n’avoir (encore) rien fait ou pas assez.
  • Être fière du travail accompli et le partager.
  • Me sentir compétente et capable.
  • Avoir confiance en moi et ne plus me soucier du jugement des autres.
  • Être plus productive et efficace.
  • Sortir de ma zone de confort (la fameuse).

Étape 2 : définir son objectif

Sans objectif on ne sait pas où l’on va. Nous avons besoin de repères pour pouvoir avancer et mesurer les résultats obtenus. Avoir un objectif c’est avoir une boussole qui nous aide à garder le cap.

Il existe une très bonne méthode pour se fixer des objectifs de façon claire et efficace. Il s’agit de la méthode SMART.

Graphique de la méthode objectif SMART

SMART est un acronyme pour « Specific, Measurable, Achievable, Realistic et Time-related ». En français ça donne “Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste et Temporellement défini“.
La force des objectifs SMART est qu’ils définissent clairement la voie à suivre et qu’ils ont un délai clair pour les atteindre.

> Mise en pratique n°3 :

Je choisis un domaine, un projet, dans lequel je n’ai plus envie de proscrastiner. J’applique la méthode SMART pour fixer mon objectif.

  • Spécifique : je formule mon objectif de façon simple et précise.
    Pour qu’un objectif soit réalisable, il doit avoir un résultat très clair. Plus l’objectif est clair, plus nous avons des chances d’y parvenir.

Par exemple si je me dis simplement « je veux arrêter de procrastiner », je ne suis pas assez spécifique et risque fortement de ne pas atteindre mon objectif. Pour réussir, je dois définir mon but plus précisément. Par exemple, “je me fixe et réalise une tâche différente (ou mini projet) par semaine pendant 10 semaines et partage le résultat sur mon blog en publiant un article par semaine”.

Petite précision : pourquoi 10 semaines? D’après une étude menée à l’University College de Londres, il faut en moyenne 66 jours (soit environ 10 semaines) pour adopter un nouveau comportement, une nouvelle habitude. Ce sera donc l’occasion de vérifier si c’est vrai. 😉

  • Mesurable : je dois pouvoir mesurer mon objectif.

Si je reprends l’exemple précédent, mon objectif est de réaliser 10 tâches ou mini projets en 10 semaines. Il est bien mesurable ✅.

  • Atteignable (ou Ambitieux): je me fixe un défi ambitieux mais atteignable.

En effet, l’objectif doit être suffisamment ambitieux pour qu’il représente un défi et qu’il soit motivant. Par ailleurs cet objectif doit être atteignable et donc en adéquation avec notre mode vie et nos capacités (temps, budget, obligations, etc.).

  • Réalisable : mon objectif doit être réaliste.

Il est inutile de placer la barre trop haut. Le but n’est pas de se décourager. J’évalue mes limites afin d’être sûre de maintenir le cap.

Point sur mon défi: un article pour une action réalisée par semaine me semble faisable pour aller au bout des 10 semaines.

  • Temporel : mon objectif doit avoir une date de fin. Cela crée un sentiment d’urgence et nous donne une échéance à suivre.

Dans le cas de mon exemple, ma date butoir est la semaine 42 sur mon calendrier 2020. Soit la semaine du 12 octobre 2020. ✅

Méthode SMART revisitée

La méthode SMART devient la méthode SMARTP. J’ai envie de rajouter un point supplémentaire à la liste.

  • Positif : je formule un objectif positif!

Il est important de formuler un but à atteindre de manière affirmative. Ainsi on facilite à notre cerveau une représentation positive. En effet, si la formulation est négative, “je ne veux plus attendre le lendemain pour faire les choses“, le cerveau se focalisera sur “attendre le lendemain“. Et ce n’est pas du tout le résultat attendu! 🙂

Étape 3 : passer à l’action contre la procrastination

Petit bilan à mi-parcours de ce que j’ai :

  • le pourquoi je remets au lendemain.
  • les raisons pour lesquelles j’aimerais que ça change.
  • mon objectif SMART (P).

Voilà déjà une bonne base! Le moment d’arrêter de proscrastiner est arrivé. Il ne “reste plus qu’à” passer à l’action.
Pour que ce soit plus accessible, voici 3 outils à essayer et à mettre en place pour y parvenir.

Femme entrepreneure motivée à passer à l'action derrière son ordinateur

Outil 1 : la technique de Tameshiwari

Dans son livre le petit livre de la procrastination positive, Monique Richter nous parle d’une technique qu’elle-même utilise. Il s’agit de la technique de Tameshiwari. Elle consiste à se projeter au-delà de l’atteinte de l’objectif et imaginer notre ressenti suite à la réussite de ce dernier avant de réaliser la tâche planifiée.

-> Mise en pratique n°4 :

Je m’installe confortablement dans un endroit calme. Ensuite je ferme les yeux et visualise mon objectif. Puis j’imagine la situation dans laquelle j’ai atteint mon objectif. J’imagine le lieu dans lequel je me trouve, les personnes avec lesquelles je suis, ce que je porte, etc. Je me laisse aller et savoure ce moment d’accomplissement. Enfin, j’ouvre les yeux, je regarde mon environnement et je me mets à faire ce que j’ai programmé.

Monique Richter préconise de pratiquer cet exercice de quelques minutes, au moins une fois par jour pour augmenter son efficacité. Les actions deviendront plus faciles et plus fluides et notre objectif moins impressionant.

Outil 2 : la matrice d’Eisenhower

Un objectif est souvent la cible d’un projet ambitieux. Pour s’y attaquer sans se décourager, on peut le décomposer en petites actions. Ainsi on développera une routine et une habitude de persévérance et d’effort.
Il est également primordial de savoir hiérarchiser et planifier ses différentes tâches.
Dwight David Eisenhower, 34e président des États-Unis, sujet à la procrastination, a initié la matrice d’Eisenhower.

Ce qui est important est rarement urgent et ce qui est urgent est rarement important.

Cette citation donne naissance à une méthodologie qui permet d’évaluer, de hiérachiser et de planifier nos activités selon 4 conditions :

  • Urgent et important (les tâches que l’on doit faire immédiatement).
  • Important, mais pas urgent (les tâches qu’on programmera pour plus tard).
  • Urgent, mais pas important (les tâches qu’on devrait déléguer à quelqu’un d’autre).
  • Pas urgent et pas important (les tâches qu’on devrait éliminer).
détails de la matrice d'Eisenhower étape par étape

-> Mise en pratique n°5 :

À chaque début de semaine, je répertorie les tâches à réaliser sur la semaine. Je crée ma TO DO LIST. Puis je les hiérarchise par ordre de priorité en suivant la méthodologie d’Eisenhower. Ensuite j’attribue un temps de réalisation pour chaque chose à faire. Par exemple, 2h pour rédiger mon article de blog.
Enfin, je remplis mon agenda en fonction du temps estimé et des priorités. Cela me permettra de voir si ce que je me suis fixée est faisable sur une journée et sur une semaine. Si ce n’est pas le cas, je pourrai réajuster mon planning.

Petit conseil : il est important de faire des pauses de 5 à 10 minutes entre chaque tâche. Ce temps est nécessaire pour s’aérer l’esprit et marquer le début et la fin de chaque chose.

Outil 3 : la technique Pomodoro

La technique Pomodoro, ou en français technique de la tomate, a été mise au point par Francesco Cirillo à la fin des années 1980. Elle se se base sur le principe du minuteur de cuisine et consiste à diviser le travail en intervalles de 25 minutes, séparés par de courtes pauses de 5 minutes. Cette méthode vise à augmenter notre concentration et à exploiter pleinement nos capacités cérébrales.

Premier petit conseil : il est LARGEMENT recommandé d’éliminer toute source de distraction. Alors exit le portable, l’accès aux réseaux sociaux, la lecture des e-mails et on utilise Internet seulement si nécessaire.

Deuxième petit conseil : il existe plusieurs applications pour appliquer cette méthode. Personnellement j’utilise “focus To-Do” et je la trouve vraiment pas mal.

Désormais ça y est, on a toutes les cartes en main pour résister à madame procrastination!
Je vais pouvoir me lancer dans mon défi “j’arrête (enfin) de procrastiner” avec tous les outils nécessaires et atteindre mon objectif sereinement et MO-TI-VÉE!

Tous les outils rassemblés pour réussir

Et toi ladyboss, procrastines-tu habituellement ? As-tu envie de te débarrasser de cette fâcheuse habitude qui est plus frustrante qu’autre chose? Toi aussi lance-toi le défi d’arrêter de procrastiner ou celui de t’investir dans un projet qui te tient à coeur et que tu n’as plus envie de remettre au lendemain! Et surtout n’hésite pas à me faire part de ton expérience en me laissant un commentaire.

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin!

Si l'article t'a plu, tu es libre de le partager! :-)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

12 thoughts on “Comment (enfin) arrêter de procrastiner ? 3 étapes pour passer à l’action!

  1. Super Marie!! merci pour tous ces tips, je vais les mettre en pratique pour la préparation de mon examen de yoga, puis mon mémoire. Merci pour toutes ces inspirations. ET bravo d’avoir sauter dans le grand bain <3

    1. Hello Marjorie! Avec plaisir :-). Merci pour ton soutien, il est précieux et inspirant! <3
      Tiens moi au courant au sujet de tous ces projets! 😀

    1. Coucou Laetitia! Merci pour ton commentaire! 🙂 On peut se motiver ensemble, ça aide aussi beaucoup :-D. Ensemble on va plus loin!

    1. Hello Florence! Merci pour ton retour :-). Ensemble je suis sûre que nous arriverons à bout de cette mauvaise habitude qui a dû mal à nous laisser tranquille. Motivée! 😀

  2. Merci pour ces rappels Ladyboss, c’est marrant j’avais déjà lu la méthode d’Eseinhower dans le livre:
    “les 7 habitudes des gens qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent” de Steven Covey

    Le moyen qui marche le mieux pour moi contre la procrastination, c’est d’évaluer le coût de l’inaction.

    Évaluer si ce coût est financier, s’il nous fait perdre du temps, s’il nous enlève du bonheur…

    1. Bonjour Manu, merci pour ce partage :-). Effectivement c’est un bon moyen de prendre également du recul et d’évaluer les conséquences de cette procrastination. En tout cas, j’ai beaucoup aimé le livre dont tu parles, je le recommande vivement! 🙂

  3. Viens de télécharger l’application pour les to-do list. Je suis accro à ces listes pour être sûre de ne jamais rien oublier.
    Quelle satisfaction de cocher ce qui a été fait. 😉
    Merci pour cet article, bien agréable 😉😊❤

    1. Hello Blandine! Merci de partager avec nous! Rien de telle qu’une bonne to-do list condensée et organisée pour avancer et en plus kiffer! 😀
      A vos to-do les #ladybosses!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :